La Leche League au secours des femmes qui allaitent

Publié le par Emmanuelle Lux

Dans l'équipe IAH, on ne rigole pas avec l'allaitement. Bien trop essentiel aux besoins nutritifs de l'enfant, indispensable pour l'immuniser, irremplaçable pour tisser le lien sécurisant avant qu'il acquiert son autonomie. Tout le monde vote pour !

Pour autant, même si l'allaitement est la chose la plus naturelle qu'il soit, il ne va pas de soi. A toutes celles qui doutent, qui butent, qui désespèrent et qui ne s'en sortent pas malgré les conseils (souvent contradictoires) des pédiatres, des sages femmes, de leurs meilleures amies et de leurs grands mères, No Panic :  la Leche League est là.

Organisation mondiale installée en France en 1979, présidée par Flore Marquis-Diers, la LLL (pour les intimes) travaille en collaboration avec l'OMS et l'Unicef. Elle dispose d'un site internet attirant plus de 900 000 visiteurs par an, d'une liste de discussion hyper active où 500 inscrites s'envoient près de 150 mails par jour (prévoyez une boite aux lettres dédiée !), d'une boutique et d'un magazine.

Vous ne serez plus jamais seule avec la LLL, alors vite cotisez (25 euros seulement) et rejoignez les quelques 2328 membres. Contactez les 277 animatrices bénévoles qui sont toutes des mères ayant elles-mêmes une grande expérience personnelle de l'allaitement et ayant reçu une formation tant sur le plan technique que relationnel, joignables 7 jours sur 7. Réparties dans 165 antennes locales,  elles organisent aussi des réunions mensuelles.

Tout le monde se retrouve à la LLL :

- Des mères qui continuent à travailler, comme Virginie, 36 ans, avocate, maman d'1 enfant, qui nous a confié:

 " Ma fille est née en octobre 2003, j'ai repris le travail à ses trois mois. [Le milieu des avocats est ] très dur, très sexiste et peu adapté aux femmes qui ont des enfants. J'ai loué un tire lait électrique.

J'avais la "niaque" le pédiatre me décourageait (vous ne tiendrez pas 15j, vous devriez passer au lait industriel) mon entourage était plutot dubitatif. [Au travail], j'ai expliqué que quand la porte de mon bureau était fermée c'est que je tirais mon lait. J'ai tiré mon lait pendant près de 14 mois, au rythme d'au minimum deux "tirages" au boulot un entre midi et deux, le second vers 16h.

Il faut tenir le rythme. Cela demande de l'organisation et beaucoup de volonté. J'ai vite pris le coup et je tirais tout en répondant au téléphone, en tapant mes courriers, en dictant mes conclusions etc

Ce qu'il faudrait améliorer : rendre obligatoire des conditions décentes pour tirer son lait sur son lieu de travail c'est à dire un local adapté confortable et préservant l'intimité, un réfrigérateur pour stocker et un endroit pour nettoyer et sécher le tire lait dans des conditions d'hygiène minimale. J'ai lu des témoignages de mamans tirant leur lait dans les toilettes, dans des placards, leur voiture etc

Communiquer sur le droit aux pauses allaitement mal connues et mal perçues par les employeurs. Je peux affirmer que le fait de tirer mon lait sur mon lieu de travail n'a jamais nuit à celui ci ".

- Ou Nathalie, 31 ans, maman de 3 enfants, créatrice de société, qui a fait toutes ses démarches administratives et ses RDV clients, allaitant bébé en bandoulière.

- Ou bien encore Priscille, musicienne, 1 enfant, tirant son lait entre 2 répétitions, très énervée par  "le regard porté sur les mères qui mettent leurs activités professionnelles en veille pendant quelques temps. Une femme qui s'est occupé à plein temps d'un enfant en bas âge, l'a porté nourri, materné, est Ô combien apte, responsable et efficace dans toute autre tâche, et sûrement plus après sa maternité qu'avant. La suspicion et le mépris envers les femmes, soupçonnées d'être soit devenues incompétentes soit plus assez motivées après une grossesse m'irrite ". 

- On retrouve aussi nombre de mères préférant mettre leur carrière entre parenthèses et rester au foyer, comme Julie, webmaster, 1 enfant  pour qui "les femmes n'ont pas besoin de confier leurs enfants aux institutions mais de récupérer leur confiance en elles en tant que mère. Il faut aider les femmes, celles qui le désirent, à rester chez elle et à choyer leurs petits ".

Bref, quelle que soit votre situation, une question ? Composez le 01 39 584 584.

Emmanuelle Lux

Publié dans MAMans

Commenter cet article